IKERZALEAK

Etude, promotion et sauvegarde du patrimoine de la province de Soule en Pays Basque, de la préhistoire à nos jours

Archives du tag “patrimoine”

L’église de Montory

L’église Notre Dame de Montory domine le village qui l’entoure par sa hauteur et sa masse imposante. Elle est devenue une église fortifiée à la fin du Moyen Age, mais son origine est plus ancienne. Au cours de sa longue histoire, et jusqu’à une époque récente, elle a subi de nombreuses transformations.

Voir la présentation du monument par Robert Espelette.

Des personnes habitant Tardets nous ont confié un ensemble de documents d’un grand intérêt qui avaient appartenu à un jurat de la communauté de Montory au XVIIIe siècle. Nous y avons trouvé un contrat pour la restauration du décor intérieur de l’église daté de 1765.

Voir le texte du contrat de 1765 et la présentation par Robert Espelette.

Publicités

Archéologie. Les animations de l’été

Erretzü Des animations seront proposées en Soule pour les journées nationales de l’archéologie du 6 au 8 juin prochain, et pour le fête de la montagne basque du 15 juin au 31 juillet.

 Lande d’Erretzü au dessus de Tardets

Samedi 19 juillet : visite guidée de quelques sites funéraires protohistoriques situés entre Bagargi (Bagarguy) et Miragarate (Millagate) à Larrau.
Contact : D. Ebrard  06 74 79 82 77
Le rendez-vous est fixé à 11 h à Hegixuri (Irati) pour une visite commentée de l’exposition « 50 ans d’archéologie en Soule, hommage à pierre Boucher ».
À 12 h, au col de Bagargi nous présenterons la ciste de Bagargi située à 1342 m d’altitude, puis nous nous rendrons sur divers sites dont les tumulus-cromlechs de Miragarate IV et V situés à 1444 m d’altitude. (4 à 5 h de marche ou approche possible en voiture).

Dimanche 20 jvisite campuillet, visite guidée des camps protohistoriques et historiques situés autour de La Madeleine à Tardets.
Contact : Ph. Allard 06 76 08 51 82
Le rendez-vous est fixé à 10 h devant le cimetière de Tardets pour un possible covoiturage jusqu’au col de Sustary.
Lors de cette sortie, on visitera les camps d’Erretzü (700 m), La Madeleine (795 m) avec son autel votif romain, Lexegieta (653 m)  et Zerra (730 m). L’historique des recherches et les connaissances actuelles sur les enceintes de Soule seront présentées au cours de la journée. Depuis le sommet de La Madeleine (Argaine) on aperçoit plusieurs enceintes parmi la trentaine inventoriée en Soule.
Cette sortie est réservée à des personnes pouvant grimper dans la journée quelques  dénivelés de plusieurs dizaines de mètres.

L’exposition « 50 ans d’archéologie en Soule » est présentée à la salle Hegixuri à Irati jusqu’au 15 septembre

50 ans d’archéologie en Soule. Suite

Profil de Bison, grotte Etxeberri de Camou

Profil de bison, grotte Etxeberri de Camou

En septembre dernier paraissait le livre 50 ans d’archéologie en Soule, hommage à Pierre Boucher. Voir la présentation. Une exposition accompagne le livre. Elle a été présentée pour la première fois à Aussurucq pendant les journées du Patrimoine. Elle est désormais accessible en ligne.

Voir l’exposition : 16 panneaux, 9.4 MO. Attention au temps de téléchargement.

 

Connaissez-vous Etchebar?

Etchebar est la pluEtxebarre 1 réduits petite commune de Soule et du Pays basque par sa population. Son territoire se limite à une petite vallée où coule un affluent du gave Uhaitza. Dans cette espace réduit, l’agriculture continue à entretenir un paysage varié. Les vestiges de plusieurs enceintes fortifiées, d’exploitations minières, une riche toponymie, montrent l’ancienneté et la diversité des formes de l’occupation humaine. C’est ce que nous avons pu découvrir dans notre dernière exposition « Terre de Soule » grâce à une maquette réalisée par Denis Cassard avec le concours d’Allande Socarros.

Voir l’article d’Allande Socarros (basque et français)

Aussurucq, son château et la famille de Ruthie

Aussurucq vue généraleCette année, pendant les journées du Patrimoine, notre association était présente à Aussurucq. L’occasion pour beaucoup d’entre nous de découvrir ce village. A la fin du XIVe siècle, quand a été rédigé le Censier gothique, c’était un des plus peuplés de Soule. Et beaucoup de ces maisons étaient sous la dépendance de la maison noble de Ruthie ou Urruti. Aujourd’hui encore le village semble serré autour de cette grande demeure aux allures de forteresse. C’est une disposition rare au Pays basque nord.  Les seigneurs de Ruthie avaient acquis fortune et puissance en servant fidèlement les rois de France tout long des XVe et XVIe siècle. C’est cette histoire qu’a racontée Joël Larroque, en nous faisant parcourir les abords de l’édifice et ses différentes pièces.

Lire l’article de Joël Larroque : Le Château de Ruthie à Aussurucq et ses seigneurs.

Voici le commentaire de Joan Peiroton sur l’origine du nom Ruthie.

50 ans d’archéologie en Soule, hommage à Pierre Boucher (1909-1997)

couverture 50 ans d'archéologie
Ikerzaleak publie « 50 ans d’archéologie en Soule » avec le concours de différents partenaires : la Communauté de Communes de Soule, la Commission Syndicale de Soule et la Mairie de Mauléon-Licharre, Leader Montagne Basque, Feader, le Conseil Général des Pyrénées-Atlantiques et le Conseil Régional d’Aquitaine.
Les premières grandes découvertes archéologiques de la Soule – Xiberoa ont été réalisées par Pierre Boucher (1909-1997) qui est devenu un ardent militant pour la protection et la conservation de cet aspect du patrimoine local.
Nous avons regroupé dans cet ouvrage les résultats des principales fouilles archéologiques menées de 1950 à 2000 et nous présentons un premier référentiel  chrono-stratigraphique pour la Préhistoire et la Protohistoire de cette vallée pyrénéenne.
Une série de datations confirme et précise l’ancienneté de certains faits archéologiques dont l’intérêt scientifique est important.
Ce travail apporte un éclairage nouveau en ce qui concerne :
– L’occupation successive des grottes par les Néandertaliens et les Hommes Anatomiquement Modernes,
– L’ancienneté des premiers tumulus, dolmens, cistes et tumulus-cromlechs,
– L’aménagement et la réutilisation des camps et les nouveaux indices relatifs aux premiers siècles de notre ère.
Cet ouvrage a été réalisé avec la collaboration de plusieurs chercheurs : Ph. Allard, J.-P. Besson, J. Blot, J.-R. Bourhis, J. Casenave, D. Etchebarne, P.-P. Dalgalarrondo, M.-Chr. Delmasure-Bernes, M. Livache, J.A. Mujika Alustiza, R. Névéol, X. Peyran, Y. Raulin, A. Sáenz de Buruaga, D. Sarramagnan-Bettoli, M. Saule, R. Sentucq, A. Socarros, A. Tarriño, J.-L. Tobie, Cl. Urrutibéhéty et le Dr M. Valton.
Il est destiné au spécialiste, mais il intéressera aussi le lecteur grand public, par les pages de présentation et de conclusion, la qualité des dessins, des chronologies, des photos.

Lire un extrait : Historique des recherches archéologiques en Soule et débats ouverts par Dominique Ebrard et Jean-Luc Tobie

50 ans d’archéologie en Soule, hommage à Pierre Boucher, éditions ikerzaleak. 297p. 25 euros. Disponible dans les librairies de Mauléon, à la librairie Elkar de Bayonne, au centre culturel leclerc à Oloron.

Vous pouvez aussi commander le livre

La nouvelle exposition d’Ikerzaleak : terre de Soule

Vallée verdoyante parsemée dMontory hier aujourd'huie petits villages, c’est ainsi qu’appa- raît la Soule. Par ses paysages elle est à la fois basque et pyrénéenne. Cet environnement qui nous paraît si bien préservé et si harmonieux est le résultat du travail patient et obstiné des hommes depuis des milliers d’années. Ceux-ci ont transformé leur milieu pour assurer leur subsistance tout en apprenant à le ménager.
Les paysages paraissent immu- ables. En réalité, ils continuent à se transformer lentement sous nos yeux. Cette exposition veut nous les faire mieux comprendre et apprécier. Elle veut nous rendre vigilants sur leur avenir.                       Montory au milieu du XXe siècle et aujourd’hui

Après Tardets et Mauléon, l’exposition est présentée à Montory dans la première quinzaine d’août. Voir un extrait de l’exposition

Voir l’article de Robert Espelette : éléments de la vie d’un village : Montory à travers les siècles

Pascal Cherbero (1847-1914), industriel de l’espadrille à Mauléon

Pascal CherberoLa ville de Mauléon-Licharre serait-elle en train de renouer avec son passé de capitale de l’industrie de l’espadrille?  Plusieurs faits récents le donnent à penser comme cette étude financée par la communauté des Communes pour une maison de l’espadrille. A Ikerzaleak on a pas cessé de s’intéresser au sujet, de recueillir de conserver les traces de cette histoire. Avant 1914, le plus grand industriel de la ville était Pascal Cherbero. Grâce à des recherches patientes et à des documents retrouvés dans la famille, Joël Larroque a écrit une biographie de l’industriel. Elle détruit certaines légendes et apporte des informations inédites.

Voir l’article de Joël Larroque

La Soule des « Elge » dans la moyenne vallée du gave Uhaitza

On associe habituellement le Pays basque à un paysage verdoyant de collines, de montagnes et de fermes dispersées. Or une partie de la Soule ne correspond pas à cette image. Entre Mauléon et Tardets, sur les territoires des communes de  Gotein-Libarrenx, Menditte, Idaux Mendy, Sauguis, la vallée du gave s’élargit jusqu’à former une petite « plaine ». Ce paysage est typiquement un « openfield » semblable à ceux que les géographes décrivent dans le bassin parisien ou en Alsace. Il supposait autrefois des pratiques villageoises et agricoles bien différentes des terres d’habitat dispersé ou de montagne.

C’est un des grands mérites du dernier livre de Philippe Etchegoyhen de révéler cet aspect de la culture rurale en Soule qui n’avait été que très peu étudié jusque là. Son livre Mémoires souletines paru aux éditions elkar en 2011 mêle des souvenirs personnels à des réflexions générales sur cette petite partie de la vallée ou il a passé son enfance, et où il vit aujourd’hui une retraite active.

L’extrait que nous proposons ici avec l’aimable autorisation de l’auteur explique le système des Elge : parties du terroir ouvertes et labourées et protégées par des enclos collectifs. Il entre dans le thème sur lequel notre association est en train de travailler-les paysages souletins-en vue d’une prochaine exposition.

Voir l’extrait du livre

A paraître prochainement le tome 2 de Mémoires souletines consacré à la vie pastorale.

Que savons-nous de Benat Mardo ?

Hélas ! la poésie de cet improvisateur extraordinaire a été malheureusement perdue, ce qui désole Chaho, exagérant en déclarant que « 20 volumes ne contiendraient pas ses œuvres s’il avait eu un sténographe avec lui dans les séances poétiques qu’il donnait en toute occasion » (selon son livre Biarritz, 1855, chapitre Les Bardes p.155), toutes ces oeuvres étant perdues parce que non publiées et seulement confiées à la mémoire de ses auditeurs (selon( Chants Populaires du Pays Basque , Sallaberry, 1870) Sallaberry, dans son livre Chants populaires du Pays Basque, 1870, p.409).

Mais ce n’est qu’en cet été 2012 que Joël Larroque trouve plus de renseignements sur la situation familiale et professionnelle de Beñat MARDO grâce à la mise en ligne internet des registres paroissiaux par les Archives Départementales des Pyrénées Atlantiques.

Voir son article

Navigation des articles