IKERZALEAK

Etude, promotion et sauvegarde du patrimoine de la province de Soule en Pays Basque, de la préhistoire à nos jours

Archives du tag “histoire”

Les Laguinge, une famille de chevaliers au XIIe siècle

Roland et Ferragut

Combat entre un chrétien et un musulman au XIIe siècle

Cet à partir du XIIe siècle que l’on peut écrire avec un peu de précision, l’histoire des territoires basques et Gascons, grâce aux documents écrits et recopiés par les hommes d’église. Une famille de chevaliers apparaît à plusieurs reprises dans les textes : les Laguinge.

On découvre les origines de leur puissance, leurs nombreux voyages jusqu’en Palestine, leurs relations compliquées avec les monastères.

Voir l’article de Robert Elissondo

Publicités

Tardets dans l’association « Bastide 64 »

réunion bastide 27 mai 2016Vendredi 27 mai à, devant une quarantaine de personnes réunies à la salle Etxahun, Arnaud Villeneuve maire de Tardets a annoncé l’adhésion prochaine de sa commune à l’association « bastide 64 ». La réunion s’est poursuivie par une évocation du contexte historique de la création des villes neuves et bastides aux XIIIe et XIVe siècles, puis une présentation des arguments en faveur de l’adhésion. C’est toute une équipe qui s’est mobilisée pour monter un dossier de candidature convaincant. Et notre association est fière d’y avoir participé.

L’adhésion à « Bastide 64 » est non seulement un heureux aboutissement de cet important travail de recherche. Il constitue une reconnaissance de la valeur du patrimoine historique et architectural de Tardets, de la capacité de son équipe municipale et des habitants à défendre des projets collectifs. Monsieur le Maire nous a expliqué quels avantages la commune pouvait en retirer pour sa notoriété touristique, pour le dynamisme des commerces et des services.

On a pas fini d’entendre parler de Tardets, puisque c’est cette commune qui organise cette année la pastorale.

A lire pour aller plus loin : le contexte historique : villeneuves et bastides aux XIIIe et XIV par Robert Elissondo ;

les arguments de Tardets pour une adhésion à « Bastides 64 »

Mauléon est-elle un bastide : les éléments du débat présentés par Joël Larroque

 

Centenaire de la Première Guerre mondiale

dessin soldats frontL’association Ikerzaleak est pleinement impliquée dans les manifestations du centenaire de la Première Guerre mondiale. Elle a même une certaine avance, puisqu’elle travaille sur la mémoire de ce conflit en Soule depuis plus de dix ans.

Journées du Patrimoine, conférences

Les journées du Patrimoine de septembre 2014 en Soule ont été en partie consacrées au centenaire :
l’association des Amis du château fort a animé un parcours à travers les rues de Mauléon-Licharre, avec des figurants en costume d’époque.
Voir le texte de ce parcours écrit par Joël Larroque
Robert Elissondo a animé des conférences-débats sur la guerre de 1914-1918 et le Pays basque, à Mauléon et Saint-Jean-Pied-de-Port.                                                      Voir le texte de la conférence
Le 28 novembre 2014 à 18 heures, à la salle Iraty, Jacques Garat a présenté le résultat de ses recherches et son livre Déserteurs et insoumis basques pendant la Grande Guerre, aux éditions Elkar.

Exposition et livre

En 2004, nous produisions l’exposition : la Soule dans la guerre de 1914-1918. Celle-ci a été présentée à Mauléon en septembre 2014, à Licq en novembre et dans divers établissements scolaires : collège Argia de Mauléon, collège Manex Erdozaintzi à Larceveau, lycée professionnel Guynemer à Oloron, lycée du pays de Soule.           Voir l’intégralité de l’exposition au format PDF (version française).                        Attention à la taille du fichier : 9 MO

En 2006 paraissait le livre Mémoires de la Soule, une vallée du Pays basque dans la guerre.   Voir la présentation et un extrait du livre.

Le Pays Basque français dans la guerre 1914-1918, histoires et mémoires

Ikerzaleak est partie prenante d’un projet de recensement des soldats et de collectage de documents et de souvenirs à l’échelle de tout le Pays basque de France. Ce projet a reçu le label du comité national du centenaire.                                                                                                                            Voir la présentation du projet
Pour mener à bien cet ambitieux travail, nous avons besoin du concours de bénévoles dans le maximum de communes. Si vous souhaitez nous aider, contactez nous !

Aussurucq, son château et la famille de Ruthie

Aussurucq vue généraleCette année, pendant les journées du Patrimoine, notre association était présente à Aussurucq. L’occasion pour beaucoup d’entre nous de découvrir ce village. A la fin du XIVe siècle, quand a été rédigé le Censier gothique, c’était un des plus peuplés de Soule. Et beaucoup de ces maisons étaient sous la dépendance de la maison noble de Ruthie ou Urruti. Aujourd’hui encore le village semble serré autour de cette grande demeure aux allures de forteresse. C’est une disposition rare au Pays basque nord.  Les seigneurs de Ruthie avaient acquis fortune et puissance en servant fidèlement les rois de France tout long des XVe et XVIe siècle. C’est cette histoire qu’a racontée Joël Larroque, en nous faisant parcourir les abords de l’édifice et ses différentes pièces.

Lire l’article de Joël Larroque : Le Château de Ruthie à Aussurucq et ses seigneurs.

Voici le commentaire de Joan Peiroton sur l’origine du nom Ruthie.

50 ans d’archéologie en Soule, hommage à Pierre Boucher (1909-1997)

couverture 50 ans d'archéologie
Ikerzaleak publie « 50 ans d’archéologie en Soule » avec le concours de différents partenaires : la Communauté de Communes de Soule, la Commission Syndicale de Soule et la Mairie de Mauléon-Licharre, Leader Montagne Basque, Feader, le Conseil Général des Pyrénées-Atlantiques et le Conseil Régional d’Aquitaine.
Les premières grandes découvertes archéologiques de la Soule – Xiberoa ont été réalisées par Pierre Boucher (1909-1997) qui est devenu un ardent militant pour la protection et la conservation de cet aspect du patrimoine local.
Nous avons regroupé dans cet ouvrage les résultats des principales fouilles archéologiques menées de 1950 à 2000 et nous présentons un premier référentiel  chrono-stratigraphique pour la Préhistoire et la Protohistoire de cette vallée pyrénéenne.
Une série de datations confirme et précise l’ancienneté de certains faits archéologiques dont l’intérêt scientifique est important.
Ce travail apporte un éclairage nouveau en ce qui concerne :
– L’occupation successive des grottes par les Néandertaliens et les Hommes Anatomiquement Modernes,
– L’ancienneté des premiers tumulus, dolmens, cistes et tumulus-cromlechs,
– L’aménagement et la réutilisation des camps et les nouveaux indices relatifs aux premiers siècles de notre ère.
Cet ouvrage a été réalisé avec la collaboration de plusieurs chercheurs : Ph. Allard, J.-P. Besson, J. Blot, J.-R. Bourhis, J. Casenave, D. Etchebarne, P.-P. Dalgalarrondo, M.-Chr. Delmasure-Bernes, M. Livache, J.A. Mujika Alustiza, R. Névéol, X. Peyran, Y. Raulin, A. Sáenz de Buruaga, D. Sarramagnan-Bettoli, M. Saule, R. Sentucq, A. Socarros, A. Tarriño, J.-L. Tobie, Cl. Urrutibéhéty et le Dr M. Valton.
Il est destiné au spécialiste, mais il intéressera aussi le lecteur grand public, par les pages de présentation et de conclusion, la qualité des dessins, des chronologies, des photos.

Lire un extrait : Historique des recherches archéologiques en Soule et débats ouverts par Dominique Ebrard et Jean-Luc Tobie

50 ans d’archéologie en Soule, hommage à Pierre Boucher, éditions ikerzaleak. 297p. 25 euros. Disponible dans les librairies de Mauléon, à la librairie Elkar de Bayonne, au centre culturel leclerc à Oloron.

Vous pouvez aussi commander le livre

Pascal Cherbero (1847-1914), industriel de l’espadrille à Mauléon

Pascal CherberoLa ville de Mauléon-Licharre serait-elle en train de renouer avec son passé de capitale de l’industrie de l’espadrille?  Plusieurs faits récents le donnent à penser comme cette étude financée par la communauté des Communes pour une maison de l’espadrille. A Ikerzaleak on a pas cessé de s’intéresser au sujet, de recueillir de conserver les traces de cette histoire. Avant 1914, le plus grand industriel de la ville était Pascal Cherbero. Grâce à des recherches patientes et à des documents retrouvés dans la famille, Joël Larroque a écrit une biographie de l’industriel. Elle détruit certaines légendes et apporte des informations inédites.

Voir l’article de Joël Larroque

Les Juifs en Soule pendant l’occupation

etoile-jauneLa Soule malgré son éloignement a subi les contrecoups de la Seconde guerre mondiale. Le destin des prisonniers de guerre, l’action des passeurs, le développement de la Résistance commencent à être bien connus dans notre petite vallée. En revanche on ne sait pas grand chose sur les effets des persécutions dont ont été victimes les juifs. On pourrait croire qu’il n’y en a pas eu en Soule. En réalité, ils ont été plusieurs centaines, probablement même plusieurs milliers à y être passés pour fuir les arrestations et la déportation.

Voir l’article de Robert Elissondo

La Soule des « Elge » dans la moyenne vallée du gave Uhaitza

On associe habituellement le Pays basque à un paysage verdoyant de collines, de montagnes et de fermes dispersées. Or une partie de la Soule ne correspond pas à cette image. Entre Mauléon et Tardets, sur les territoires des communes de  Gotein-Libarrenx, Menditte, Idaux Mendy, Sauguis, la vallée du gave s’élargit jusqu’à former une petite « plaine ». Ce paysage est typiquement un « openfield » semblable à ceux que les géographes décrivent dans le bassin parisien ou en Alsace. Il supposait autrefois des pratiques villageoises et agricoles bien différentes des terres d’habitat dispersé ou de montagne.

C’est un des grands mérites du dernier livre de Philippe Etchegoyhen de révéler cet aspect de la culture rurale en Soule qui n’avait été que très peu étudié jusque là. Son livre Mémoires souletines paru aux éditions elkar en 2011 mêle des souvenirs personnels à des réflexions générales sur cette petite partie de la vallée ou il a passé son enfance, et où il vit aujourd’hui une retraite active.

L’extrait que nous proposons ici avec l’aimable autorisation de l’auteur explique le système des Elge : parties du terroir ouvertes et labourées et protégées par des enclos collectifs. Il entre dans le thème sur lequel notre association est en train de travailler-les paysages souletins-en vue d’une prochaine exposition.

Voir l’extrait du livre

A paraître prochainement le tome 2 de Mémoires souletines consacré à la vie pastorale.

Que savons-nous de Benat Mardo ?

Hélas ! la poésie de cet improvisateur extraordinaire a été malheureusement perdue, ce qui désole Chaho, exagérant en déclarant que « 20 volumes ne contiendraient pas ses œuvres s’il avait eu un sténographe avec lui dans les séances poétiques qu’il donnait en toute occasion » (selon son livre Biarritz, 1855, chapitre Les Bardes p.155), toutes ces oeuvres étant perdues parce que non publiées et seulement confiées à la mémoire de ses auditeurs (selon( Chants Populaires du Pays Basque , Sallaberry, 1870) Sallaberry, dans son livre Chants populaires du Pays Basque, 1870, p.409).

Mais ce n’est qu’en cet été 2012 que Joël Larroque trouve plus de renseignements sur la situation familiale et professionnelle de Beñat MARDO grâce à la mise en ligne internet des registres paroissiaux par les Archives Départementales des Pyrénées Atlantiques.

Voir son article

1512-2012 commémoration de la fin de l’indépendance et de la division de la Navarre

Affiche spectacle Amaiur

Affiche du spectacle créé par Pier-Pol Berzaits donné à Amaiur en Navarre le 21 juillet et devant le château fort de Mauléon les 10 et 11 août 2012

En 2012, nous commémorons un événement survenu il y a 500 ans : le début de l’invasion de la Navarre par les troupes du roi Ferdinand d’Aragon «Espagne» en juillet 1512, avec prise de la capitale Irunea-Pampelune le 24 juillet et l’exil du roi et de sa famille d’Albret-Foix-Béarn vers le nord (ce que l’on appelle désormais Basse-Navarre en France). Il faut se rappeler que cette invasion entraînera la disparition du seul royaume basque existant depuis 700 ans avec cette annexion (forcée même si les partisans de ce fait parleront plutôt d’union nécessaire), l’annexion définitive de la Navarre à l’Espagne (et à la France quelques 100 ans après, en 1620 sous le roi Louis XIII). L’Espagne, plus que la France, fut confrontée à la résistance de Navarrais mais aussi de leurs voisins basques, comme le montre l’exemple de deux chevaliers navarrais d’origine souletine, Don Carlos de Mauléon et Victor de Mauléon, combattant d’Amaiur et descendant à la 6ème génération de notre dernier vicomte souletin, Auger III de Mauléon en 1261-1307 que la pastorale Xiberoko Jauna de 2007 nous a rappelé avant les spectacles Herria de 2007 et 2008.

Mais pourquoi avoir besoin de rappeler ces évènements d’il y a 500 ans ? D’abord parce qu’un peuple qui oublie sa propre histoire comme sa propre langue est menacé de disparaitre dans ce grand mouvement qu’est l’uniformisation culturelle qu’imposent les Etats puissants aux autres.

Voir le parcours de l’histoire du royaume de Navarre par Joël Larroque à la conférence du 10 juil. 2012 à Mauléon

Voir la chronologie des événements de 1512-1522 par Anton Curutcharry

Navigation des articles