IKERZALEAK

Etude, promotion et sauvegarde du patrimoine de la province de Soule en Pays Basque, de la préhistoire à nos jours

Archives de la catégorie “Personnages”

Redécouverte des Archives de Jean de Jaurgain

jaurgain-zouave

Jean de Jaurgain en tenue de zouave à la fin des années 1860

Durant l’été 2016, nous avons eu la chance de pouvoir accéder aux archives de l’historien basque Jean de Jaurgain (1842-1920). Il s’agit d’un fonds important par sa taille : 6,5 mètres de long si aligne toutes les liasses et les registres. Il contient de très nombreux documents anciens, certains exceptionnels : des chartes des XIIIe et XIVe siècles, des parchemins et registres de notaires souletins des XVe et XVI siècles, de très nombreux papiers de famille, des documents concernant les relations catholiques-protestants au XVIIe siècle, la Révolution etc. Pour ceux qui voudront étudier ce fonds, un immense chantier commence. Pour notre part nous avons commencé à nous intéresser à la biographie de Jean de Jaurgain, une personnalité peu connue, mais dont la contribution à la connaissance de l’histoire des Basques est essentiel.

Voir l’article de Joël Larroque et Robert Elissondo

Le fonds Jaurgain a été transféré au pôle de Bayonne des Archives départementales. Nous souhaitons qu’il sera inventorié, classé et mis à la disposition des chercheurs le plus rapidement possible.

Les Laguinge, une famille de chevaliers au XIIe siècle

Roland et Ferragut

Combat entre un chrétien et un musulman au XIIe siècle

Cet à partir du XIIe siècle que l’on peut écrire avec un peu de précision, l’histoire des territoires basques et Gascons, grâce aux documents écrits et recopiés par les hommes d’église. Une famille de chevaliers apparaît à plusieurs reprises dans les textes : les Laguinge.

On découvre les origines de leur puissance, leurs nombreux voyages jusqu’en Palestine, leurs relations compliquées avec les monastères.

Voir l’article de Robert Elissondo

Comment je me suis évadé d’Allemagne

Maurice Tournier(2)

Maurice Tournier mécanicien de la SNCF à Besançon qui aida à l’évasion de Pierre Cocostéguy et de ses compagnons en juillet 1942

Ce petit livre est un récit d’évasion écrit par Pierre Cocostéguy, prisonnier de guerre de 1940 à 1942. Nous venons d’en faire une seconde édition ; la première – de 700 exemplaires – était épuisée. Des récits d’évasion, il en existe beaucoup, mais celui-ci se distingue des autres. Il a été rédigé en pleine occupation, quelques mois après les évènements. Son auteur était agriculteur dans la commune de Camou Cihigue. Il est vraiment étonnant qu’un homme qui n’avait fréquenté que l’école primaire, écrive dans un style si limpide et si vivant. C’est enfin un récit captivant car il nous permet de suivre au jour le jour les aventures des trois fugitifs, leurs moments d’angoisse et leur immense joie lorsqu’au bout de deux semaines d’errance, il atteignent la zone non occupée de la France.

En vente dans les librairies et marchands de journaux de Mauléon-licharre et Tardets, ainsi qu’à la librairie Elkar de Bayonne. Prix 12 euros

Lire un extrait du récit de Pierre Cocostéguy
Commander un exemplaire de l’ouvrage

Découverte du fonds d’un agent d’émigration à Tardets

En tête VignéIl y a quelques mois, nous étions prévenus qu’une caisse de vieux papiers était déposée sur un trottoir, à Tardets, en attente d’être amenée à la déchetterie. Grâce à la vigilance d’une habitante de la commune, nous avons pu la mettre à l’abri de la destruction, mais il s’en est fallu de quelques minutes. Ces documents proviennent de Jean Vigné, agent d’émigration à Tardets à la fin du XIXe et au début du XXe siècle.   Lire la suite de la présentation du fonds Vigné

Voir l’arbre généalogique de la famille Vigné à la fin du XIXe et au début du XXe siècle

Voir la liste des émigrants inscrits sur les registres : listes par noms et par dates

: listes par communes et par dates

Voir des graphiques et des cartes pour étudier les émigrants partis entre 1885 et 1889

Lire des extraits de la correspondance de Jean Vigné

Pascal Cherbero (1847-1914), industriel de l’espadrille à Mauléon

Pascal CherberoLa ville de Mauléon-Licharre serait-elle en train de renouer avec son passé de capitale de l’industrie de l’espadrille?  Plusieurs faits récents le donnent à penser comme cette étude financée par la communauté des Communes pour une maison de l’espadrille. A Ikerzaleak on a pas cessé de s’intéresser au sujet, de recueillir de conserver les traces de cette histoire. Avant 1914, le plus grand industriel de la ville était Pascal Cherbero. Grâce à des recherches patientes et à des documents retrouvés dans la famille, Joël Larroque a écrit une biographie de l’industriel. Elle détruit certaines légendes et apporte des informations inédites.

Voir l’article de Joël Larroque

Bohémiens au Pays basque

Depuis plusieurs années Nicole Lougarot étudie l’histoire des Bohémiens en Pays-Basque. C’est une dimension de notre passé encore aujourd’hui largement occultée car pendant des siècles cette minorité a été victime de mépris et de persécutions. Pourtant cette population s’est peu à peu intégrée et elle a apporté beaucoup à la culture basque, particulièrement en Soule.
Nicole lougarot a présenté une première synthèse de ces recherches dans un petit livre  très documenté, Bohémiens paru aux éditions Gatuzain en 2009. Elle poursuit toujours son travail.
Voici la conclusion d’un article à paraître sur Les Bohémiens en Basse Navarre et en Soule d’après les actes d’état-civil et les documents administratifs.

« Il existait en Basse-Navarre et en Soule une communauté de Bohémiens tsiganes. Il ne s’agissait pas juste d’un groupe de Basques qui vivaient « comme des Bohémiens ». Leur mode de vie ressemblait en de nombreux points à celui d’autres groupes tsiganes d’Europe. Ils exerçaient les professions de tondeurs de mulets ou vanniers. Les femmes étaient mendiantes et vêtues de plusieurs jupons et jupes sous leur robe, même en été. Plusieurs groupes, installés dans des villages différents, vivaient en lien étroit sur la Basse –Navarre, la Navarre espagnole et la Soule et, bien qu’ils se soient parfois mêlés à la population basque par des mariages, l’endogamie (c’est-à-dire le mariage entre pairs), était plus importante.
Lire la suite

Nicole lougarot

Une Hirondelle de Mauléon, Gaby Pascualena

Mauléon doit beaucoup aux Espagnols qui ont travaillé dans les usines d’espadrilles au tournant du XIXe et du XXe siècle. Parmi eux les Hirondelles. C’était le surnom français (en espagnol
Golondrinas et en basque Ainerak) des jeunes filles et femmes venant d’Aragon et de Navarre comme main d’œuvre saisonnière. Au cours de la conférence donnée à Gotein en septembre 2010 sur le thème hommes et aux femmes qui ont fait la Soule,  Joël Larroque a évoqué le souvenir d’une des sces ouvrières Gaby Pascualena qui fêtait ses 100 ans en 2000.

Voir son article

Joël Larroque

Agosti Xaho

Né à Tardets en 1811, Agosti Xaho n’a pas eu la notoriété qu’il aurait sans doute méritée. Il est vrai qu’il se démarque des autres personnalités remarquables de l’histoire basque par ses opinions révolutionnaires et anticléricales. A la fois poète, journaliste, homme politique, Xaho est partisan de l’indépendance et de l’unité des Basques un demi siècle avant la naissance officielle du nationalisme basque.
Voir l’article de Robert Espelette

Cinq générations de meuniers et de propriétaires de moulins

Les Etchegoyhen sont d’abord meuniers au service du marquis de Charritte. A la fin du XIXe siècle, ils deviennent gérants du moulin de Montréal à Mauléon, avant d’en devenir propriétaires. Voici la chronique de cinq générations d’hommes et de femmes qui ont vécu au bruit des chutes d’eau et des meules, racontée par Michèle Etchegoyhen.
Voir l’article

Moulin de Montréal à Mauléon

René Elissabide (1889-1967) inventeur et entrepreneur

Voici la biographie d’une figure marquante du patronat mauléonnais, un symbole de l’époque de l’industrie de l’espadrille. Entrepreneur aux idées novatrices, il a atteint une notoriété nationale, mais il a connu aussi la faillite. Mondain, aimant la publicité, exigeant avec ses ouvriers mais les payant mieux que les autres patrons, René Elissabide a eu incontestablement une vie très active.
Voir l’article de Robert Espelette.

Navigation des articles