IKERZALEAK

Etude, promotion et sauvegarde du patrimoine de la province de Soule en Pays Basque, de la préhistoire à nos jours

Assemblée générale 2018

Notre assemblée générale s’est tenue à Mauléon, le 6 avril dernier. Comme d’habitude, nous avons abordé des sujets très variés, à l’image de la diversité de nos activités.

Lire le compte rendu.

Si vous n’étiez pas présent à notre assemblée, vous pouvez malgré tout soutenir notre association en adhérant. La cotisation annuelle est de 10 euros. Veuillez nous contacter par mail ou par l’intermédiaire des membres de l’association que vous connaissez.

Publicités

Quelques bribes de l’histoire de Tardets

Depuis l’adhésion de la commune à l’association Bastide 64,validée en mars 2017, les recherches sur la passé de Tardets se poursuivent. Elles portent principalement sur les maisons anciennes. A la fin du XIXe siècle, Léon Daguerre fait reconstruire la maison Bascourret dans un élégant style classique et lui ajoute un parc planté d’espèces exotiques.

Lire l’article de Robert Espelette consacrée à la famille Bascourret et au château Daguerre

Voir la page consacrée à Tardets-Sorholus dans le site de l’assocation Bastide 64.

Voir la page histoire-Patrimoine du site de la commune de Tardets-Sorholus.

 

 

 

Les hirondelles à Mauléon

Trois hirondelles de Burgui et de Guarde en Haute-Navarre

Des années 1880 aux années 1930, des centaines de jeunes femmes venues des villages de montagne à la limite entre l’Aragon et la Navarre, ont traversé la montagne pour passer l’hiver à Mauléon et travailler dans les usines d’espadrilles.

Leur histoire est à la fois simple et universelle. Elle est celle de beaucoup d’émigrés et de femmes aujourd’hui encore. Une histoire faite de dignité et de courage. Il fallait en effet un singulier courage pour traverser les Pyrénées à pied, travailler à l’usine de longues heures pour des salaires dérisoires. Les photos que leurs familles ont gardé d’elles, nous les montrent pourtant paisibles ou souriantes.

Leur mémoire est longtemps restée enfouie dans les souvenirs des familles. l’association Ikerzaleak est certainement la première à les faire connaître dans les années 1980. C’est elle aussi qui invente le nom « hirondelles ».  Au tournant des années 2000, Véronique Inchauspé avec notre concours et celui de l’association Uhaitza, mène une enquête qui aboutit à la publication du livre Mémoires d’hirondelles. Un livre d’autant plus émouvant que les témoins dont elle a retranscrit les récits nous ont quitté depuis.

L’histoire des hirondelles suscite aujourd’hui un nouvel intérêt, qui dépasse les limites de la Soule. En janvier 2017, Roman Pérez, Joël Larroque, et Robert Elissondo ont présenté une conférence sur ce sujet au Musée basque.

Voir le texte de Robert Elissondo : les hirondelles, entre l’Aragon, la Navarre, la Soule.

Voir le texte de Joël Larroque : les hirondelles à Mauléon.

En cette année 2017 plusieurs sociétés de production de Donosti (Saint-Sébastien), Saragosse, Pampelune, Aldudes élaborent un ambitieux projet de docu-fiction sur les hirondelles. Autour de ce film, toute une équipe de passionnés a commencé à réunir et à numériser tous les documents qui concernent le sujet. Il va de soi que notre association participera à ce projet avec enthousiasme, dans la mesure de ses moyens.

Assemblée générale 2017

Notre assemblée générale annuelle s’est tenue le

Vendredi 7 avril à 18 heures à Tardets,

Salle Etxahun, place centrale.

L’ordre du jour était une fois de plus très chargé. C’est un signe du dynamisme de notre association et de la diversité de ses activités. L’accueil de la commune de Tardets a été une nouvelle fois très chaleureux.

Lire le compte-rendu de l’Assemblée générale 2017

Si vous n’êtiez pas présent à notre assemblée, vous pouvez malgré tout soutenir notre association en adhérant. La cotisation annuelle est de 10 euros. Veuillez nous contacter par mail ou par l’intermédiaire des membres de l’association que vous connaissez.

Redécouverte des Archives de Jean de Jaurgain

jaurgain-zouave

Jean de Jaurgain en tenue de zouave à la fin des années 1860

Durant l’été 2016, nous avons eu la chance de pouvoir accéder aux archives de l’historien basque Jean de Jaurgain (1842-1920). Il s’agit d’un fonds important par sa taille : 6,5 mètres de long si on aligne toutes les liasses et les registres. Il contient de très nombreux documents anciens, certains exceptionnels : des chartes des XIIIe et XIVe siècles, des parchemins et registres de notaires souletins des XVe et XVIe siècles, de très nombreux papiers de famille, des documents concernant les relations catholiques-protestants au XVIIe siècle, la Révolution etc. Pour ceux qui voudront étudier ce fonds, un immense chantier commence. Pour notre part nous nous sommes intéressés à la biographie de Jean de Jaurgain, une personnalité peu connue, mais dont la contribution à la connaissance de l’histoire des Basques est essentiel.

Voir l’article de Joël Larroque et Robert Elissondo

Le fonds Jaurgain a été transféré au pôle de Bayonne des Archives départementales. Nous souhaitons qu’il sera inventorié, classé et mis à la disposition des chercheurs le plus rapidement possible.

Souvenir du dernier poilu mauléonnais

jules-pehourcqL’appel lancé par Ikerzaleak pour la sauvegarde des archives familiales est entendu. Des Souletins confient à notre association des documents trouvés chez eux. Parmi ceux-là, un fonds de cartes postales et de photos ayant appartenu à Jules Péhourcq, le dernier ancien « poilu » de Mauléon, décédé en 1991. A la lecture de ces documents, toute une tranche de vie sort de l’ombre, l’expérience d’un combattant de la Première Guerre mondiale, un homme qui a été confronté il y a cent ans à l’enfer de Verdun.

lire l’article de Joël Larroque et Robert Elissondo

Sandra Ott, anthropologue et historienne en Soule

conference-sandra-ott-mauleonSamedi 9 juillet 2016, la salle de la bibliothèque de Mauléon était trop petite pour contenir le public venu écouter Sandra Ott. Parmi les personnes présentes, beaucoup l’avaient rencontrée à l’occasion de ses recherches et de ses visites en Soule. D’autres ne la connaissaient que de réputation. Tous ont été captivés et séduits par son exposé.

Sandra Ott est une personnalité remarquable qu’on ne peut pas présenter en deux mots. Elle est à la fois anthropologue et historienne. Elle est à la fois Américaine et Souletine. Elle travaille à l’université de Reno dans le Nevada, et elle entretient depuis 40 ans des liens très forts avec le village de Sainte-Engrâce. Elle est sans doute la seule personne au monde qui parle le basque souletin de Sainte-Engrâce avec l’accent anglo-saxon.

Voir le compte rendu de la conférence par Robert Elissondo

Les Laguinge, une famille de chevaliers au XIIe siècle

Roland et Ferragut

Combat entre un chrétien et un musulman au XIIe siècle

Cet à partir du XIIe siècle que l’on peut écrire avec un peu de précision, l’histoire des territoires basques et Gascons, grâce aux documents écrits et recopiés par les hommes d’église. Une famille de chevaliers apparaît à plusieurs reprises dans les textes : les Laguinge.

On découvre les origines de leur puissance, leurs nombreux voyages jusqu’en Palestine, leurs relations compliquées avec les monastères.

Voir l’article de Robert Elissondo

L’église de Montory

L’église Notre Dame de Montory domine le village qui l’entoure par sa hauteur et sa masse imposante. Elle est devenue une église fortifiée à la fin du Moyen Age, mais son origine est plus ancienne. Au cours de sa longue histoire, et jusqu’à une époque récente, elle a subi de nombreuses transformations.

Voir la présentation du monument par Robert Espelette.

Des personnes habitant Tardets nous ont confié un ensemble de documents d’un grand intérêt qui avaient appartenu à un jurat de la communauté de Montory au XVIIIe siècle. Nous y avons trouvé un contrat pour la restauration du décor intérieur de l’église daté de 1765.

Voir le texte du contrat de 1765 et la présentation par Robert Espelette.

Journées de l’archéologie 2016 en Soule

Maidekoralia2Le Groupe d’Etude des Enceintes de Soule en association avec Ikerzaleak propose une visite d’étude de la colline de Maide korralea à la limite est du massif des Arbailles sur le territoire de Alzai-Alzabeheti-Sunharette. Cette hauteur a la particularité de conserver les restes très visibles d’une enceinte en pierre. Une ballade riche de découvertes, dans un panaroma grandiose.

Rdv dimanche 19 juin à 14 h au parking du cimetière de Tardets-Sorholus pour covoiturage. Accès depuis le col d’Oxibar avec un dénivelé de 74 m et moins d’une demi-heure de marche.
Contacts : Ph. Allard 06 76 08 51 82 et D. Ebrard 06 74 79 82 77

Voir le site des journées nationales de l’archéologie

Navigation des articles